Réseau Solidaire d’Allocataires

Au temps jadis, nous avions des droits collectifs. Dans notre pays riche, deux cents ans de luttes avaient amené les riches apeurés à concéder aux pauvres quelques miettes, le droit à une retraite, à la prise en charge des dépenses de santé, à un revenu minimum en cas de perte ou d’absence d’emploi. Les pauvres défendaient ces droits collectivement, même quand ils n’en bénéficiaient pas personnellement.

Et puis les pauvres ont oublié leur Histoire et les riches ont imposé leur Fable : la plupart des pauvres se sont mis dans la tête que les droits ne servaient qu’aux autres. Et les riches ont inventé des croque mitaines le Chômeur, l’Assisté, le Parasite, des monstres qui suceraient la sueur et le sang des honnêtes travailleurs.

Mais il y a toujours un moment où le Travailleur, parce qu’il a perdu son emploi, ou parce que celui-ci est trop mal payé pour qu’il s’en sorte seul, parce qu’il a besoin de payer des soins, le loyer, les études des gosses se retrouve lui-même dans le rôle du croque mitaine.

Nous sommes tous des allocataires : de la CAF, de la Sécu, de l’Assedic. Et tous confrontés à un moment ou un autre aux conséquences concrètes de la propagande sur l’ « assistanat ». Traités comme des chiens et des mendiants au guichet, perdus dans le dédale des logiques administratives, soupçonnés, contrôlés, radiés. Seuls face à l’arbitraire, ne nous restent que les devoirs de nos droits perdus.

Le Réseau solidaires d’Allocataires, aurait pu s’appeler Regroupement des sacrifiés de l’Assedic, Rassemblement des Salopes assistées, ou Réunion des Sous Pauvres Affamés.

Peu importe les noms qu’on nous donne, nous avons décidé de nous regrouper sur la base des contraintes qu’on nous impose, pour les combattre collectivement.

RSA-Réseau Solidaire d’Allocataires

ctc.rsa@gmail.com
http://www.collectif-rto.org
http://www.ac.eu.org


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 24 novembre 2010
par  Réseau Solidaire d’Allocataires

Prime de Noël 2010 : la CAF recalée en maths !

On vient de l’apprendre, la prime de Noël est reconduite en décembre 2010. En cette période d’austérité budgétaire et de réduction de fait des droits sociaux, le fort mouvement social de l’automne n’y est sans doute pas pour rien ! Rappelons aussi que cette prime a été arrachée à l’hiver 1997-98 par les (...)
dimanche 14 novembre 2010
par  Une précaire

Oser parler de ses galères, oser s’organiser !

Dans un précédent article, nous rendions compte de comment Après des mois de galère sans chauffage ni eau chaude, GDF rétablit le gaz en moins de 4h dans le logement d’une précaire francilienne. Voici son récit En effet, c’est en changeant de chaudière au mois de septembre 2010, au moment ou le (...)
vendredi 12 novembre 2010
par  AC ! Paris

Le travail c’est la santé ? Mais que deviennent les salariés accidentés ou inaptes ?

AC ! Paris écrit au député maire de Créteil (94) au sujet d’une employée municipale Avant de devenir "demandeurs d’emploi", un certain nombre de chômeurs sont auparavant salariés. Ils atterrissent à Pôle Emploi à la fin d’un contrat précaire ou suite à un licenciement. Licenciés économiques, pour ce que le (...)
jeudi 11 novembre 2010
par  Réseau Solidaire d’Allocataires

Après des mois de galère sans chauffage ni eau chaude, GDF rétablit le gaz en moins de 4h

Cinq précaires, de la détermination, un peu de solidarité... Résultat : quatre heures après notre arrivée dans les lieux, le gaz a été remis en service. Et il y a eu quelques salariés, de la femme de ménage aux cadres, qui ont fini leur journée de travail contents d’avoir fait quelque chose d’utile et de juste !
A utiliser sans modération !

jeudi 11 novembre 2010
par  une précaire de Haute Garonne

L’avis d’une contrôleuse CAF m’a plongée dans une plus grande précarité... mais m’a donné l’envie de réunir d’autres personnes qui connaissent la même injustice

A la sortie de mes études universitaires et après avoir passé 6 ans en cité universitaire en étant boursière, échelon 5, je me suis retrouvée en recherche d’emploi. Sans succès. J’ai alors décidé de faire une demande de RMI. En situation précaire, j’ai jonglé entre le domicile de mes parents à la campagne (...)